Claude CARLIEZ

 

 

aezertyClaude Carliez a réglé les cascades et combats de plusieurs films auxquels Louis de Funès a participés. Des films d'André Hunebelle (les Fantomas) à ceux de Gérard Oury, ("Le Corniaud", "La Grande vadrouille", "La Folie des grandeurs"...) en passant par "Le Capitaine Fracasse" de Pierre Gaspard-Huit, il a été - avec Rémy Julienne et Yvan Chiffre - celui qui a coordonné de nombreuses scènes de bagarres, de cascades et d'escrime du cinéma français. Il travailla aussi aux scènes de bagarres dans le film de Jean Girault "Les Grandes vacances", où il tient par ailleurs un petit rôle. Loueur de bateaux au club nautique, il est molesté par le colérique et très pressé Philippe Bosquier... Il a notamment réglé les cascades et combats de beaucoup de films de capes et d'épées, mais aussi ceux de "On a retrouvé la 7ème compagnie", "La vengeance du serpent à plume"... Sa renommée est progressivement devenue internationale, son engagement dans le James Bond "Moonraker" en 1969 en étant l'exemple le plus convaincant. Excellent escrimeur, il a longtemps tenu le prestigieux poste de président de l'Académie d'Armes de France. En 2007, lors d'un premier contact, Claude Carliez nous avait gentiment accordés un moment pour discuter de sa carrière, de ses souvenirs concernant Louis de Funès, mais aussi d'autres cascadeurs qui constituaient son équipe, dont Antoine Baud. Une interview plus complète avait été envisagée à l'automne 2014, chez lui à Saint-Mandé, mais le projet n'a hélas jamais pu se concrétiser. Le maître d'armes nous a quittés le 17 mai 2015, à l'âge de 90 ans.

 

Le régleur de cascades Claude CARLIEZ et Louis DE FUNES
dans une scène du film "Les Grandes Vacances" (Jean Girault, 1967)

 

 

 

INTERVIEW DE M. CLAUDE CARLIEZ DU 12 SEPTEMBRE 2007 PAR FRANCK ET JEROME

 

- M. Carliez, les cinéphiles vous connaissent pour avoir préparé les cascades de nombreux films français, en particulier dans le genre "Capes et épées". Comment en êtes vous arrivé à l'escrime et au métier de cascadeur ?

- Mon père, qui était escrimeur, me fit fréquenter les salles d'armes à l'âge de 12 ou 13 ans. Mais j'ai décidé d'aller plus loin et de quitter l'amateurisme. Ainsi, je suis entré à 18 ans à l'Ecole Magistrale d'escrime de Joinville-le-Pont, où j'ai obtenu ma maîtrise en 3 ans. A la sortie, j'avais 21 ans et étais devenu maître d'armes. Comme je me trouvais à Joinville, non loin des studios de tournages, j'ai été engagé pour régler des scènes de capes et d'épées dans différents films...

 

- C'est un beau parcours car vous êtes devenu le président de l'Académie d'Armes de France...

- Oui, je suis devenu un spécialiste des réglages de scènes de capes et d'épées, mais aussi de cascades. A présent, après 45 ans de métier, je suis à la retraite.

 

- Vous avez travaillé sur la série d'André Hunebelle "Fantômas" avec Jean Marais et Louis de Funès. Quels souvenirs avez vous de notre idole ?

- J'ai rencontré Louis de Funès en 1960 sur un film de Pierre Gaspard-Huit qui s'appelait "Le Capitaine Fracasse". Il y avait également Jean Marais, mais aussi Jean Rochefort, Philippe Noiret... Il avait un petit rôle. Je l'ai par la suite retrouvé dans la trilogie des "Fantômas" d'André Hunebelle. Je trouvais que Louis de Funès formait avec Jean Marais une bonne équipe dans "Fantômas".

 

- Quels relations aviez vous avec Louis de Funès ?

- Il était un homme drôle et agréable, mais un peu préoccupé et fermé. Comme beaucoup de comiques, il ne passait pas ses journées à faire rire. Il était plutôt concentré et pensait à ses gags. Allaient-ils faire rire ou non ? Il se détendait lorsqu'il avait vu les rushes et qu'il s'apercevait du résultat. A l'inverse, Bourvil était un homme plus détendu...

 

- Vous avez aussi beaucoup travaillé avec André Hunebelle...

- A l'époque de "Fantômas", j'avais déja travaillé pour lui, notamment sur "Le Capitan". Et puis plus tard j'ai aussi rélgé les cascades de la série des OSS 117 à l'exception du dernier tourné en Italie. Tous ces films étaient un peu des films d'espionnage...

 

- Vous avez retrouvé Louis de Funès sur "Le Corniaud", "La Grande Vadrouille" et "La Folie des Grandeurs" de Gérard Oury, où vous avez travaillé avec Yvan Chiffre...

- C'était très agréable de tourner avec Gérard Oury. D'une part, il était en parfaite harmonie avec ses comédiens qui étaient de grandes vedettes (Louis de Funès, Bourvil...), et d'autre part, il était très fidèle à ses techniciens qu'il engageait sur tous ses films. Les tournages étaient par conséquent plaisants.

 

Claude CARLIEZ (à gauche) et Louis DE FUNES : tournage en forêt de Fontainebleau du film
"Fantomas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966).

 

- Revenons un instant sur Jean Marais, que vous avez retrouvé en tournant "La Paria" avec Horst Frank. Pour quelles raisons êtes vous devenu alors réalisateur ?

- J'ai bien connu Jean Marais, nous avons travaillé 15 ans ensemble, notamment pour les films de capes et d'épées... Un jour, il m'a dit : "Ecoutes, tu règles des cascades et des scènes d'actions depuis des années, ne voudrais-tu pas à présent régler ton propre film ?" C'était un projet intéressant et je me suis lancé car il m'avait promis de tenir le rôle principal du film si le scénario était bon. Dans la distribution, l'on retrouve également Horst Frank (ndlr : Théo dans "les Tontons flingueurs" de Georges Lautner).

 

- Il y a un autre personnage que vous avez dû bien connaître, c'est Jean-Paul Belmondo. Vous deviez avoir pour ses films un travail fou : entre "Peur Sur la Ville" et "Le Marginal", en passant par "Le Gignolo" ou encore "Flic ou Voyou"...

- Ah oui, j'ai très bien connu Jean-Paul également. Le matin, au tournage, il arrivait toujours détendu avec le sourire. Il est formidable...

 

- Quel est le plus beau souvenir de votre carrière ?

- Pour le tournage du "Capitan", André Hunebelle m'avait engagé. J'avais déja travaillé un peu pour lui pour quelques scènes dans des films antérieurs. Pour ce film, il me dit : "C'est toi qui auras la responsabilité de toutes les scènes d'actions". Pour la première fois, j'étais donc responsable des scènes de cascades et de combats...

 

- Avez vous des regrets particuliers ?

- Tout le monde a des regrets dans ce métier. Lorsqu'on est jeune, on fonce tête baissée, en se disant que tout va bien marcher pour vous, grâce à l'appui de personnes...Et puis il y a toujours des impondérables qui font que vous ne faîtes pas toujours ce que vous voulez...

 

- Pour terminer, pouvons nous évoquer quelques unes de vos connaissances avec qui vous travailliez régulièrement ? Pour commencer, François Nadal ?

- C'était mon grand ami, il est hélas récemment décédé. Nous avons réglé les scènes de près de 20 films de capes et d'épées ensemble. Il y avait également Rémy Julienne, avec qui je travaillais sur des films d'aventures.

 

- Pouvez-vous nous parler de cette troupe, notamment de ceux qui ont joué avec Louis de Funès ?

- Comme bon copain, il y avait Guy Delorme, un habitué des rôles de méchants avec ses yeux bleux transperçants. Il y avait aussi Antoine Baud, qui était en quelque sorte mon adjoint. Eric Wasberg travaillait aussi chez moi, il est décédé l'année dernière... Il y avait en fait deux équipes : 12 personnes à la fois comédiens et escrimeurs dans la 1ère équipe, et aussi des personnes aux physiques impressionnants - genre catcheurs, boxeurs, lutteurs etc... - dans l'équipe B. On y retrouvait notamment Jean Minisini. Enfin, Yvan Chiffre a travaillé chez moi pendant 5 ans, avant de se mettre à son compte. Vous savez, toutes ces personnes ne travaillaient pas de janvier à décembre comme les grands comédiens. Ils étaient engagés pour 25 ou 30 jours par an. Ils étaient vraiment tous très symathiques et ne prenaient pas la grosse tête. Lorsqu'ils étaient engagés sur un tournage, c'était surtout pour prendre des pains (rires) !

 

 

Petit récapitulatif des doublures et des cascadeurs...

 

 

L'équipe a souvent été engagée pour les films de Gérard Oury et d'André Hunebelle

Claude Carliez : "Le Capitaine fracasse" (Pierre Gaspard-Huit, 1961), "Fantômas" (André Hunebelle, 1964), "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "Fantômas se déchaîne" (André Hunebelle, 1965), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "Fantômas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966), "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967), "La Folie des grandeurs" (Gérard Oury, 1971), "Les Aventures de Rabbi Jacob" (Gérard Oury, 1973).

François Nadal : "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "La Folie des grandeurs" (Gérard Oury, 1971), "Les Aventures de Rabbi Jacob" (Gérard Oury, 1973).

Guy Delorme : "Le Capitaine fracasse" (Pierre Gaspard-Huit, 1961), "Fantômas" (André Hunebelle, 1964), "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "Fantômas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966), "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967).

Antoine Baud (1925-2014) : "Le Capitaine fracasse" (Pierre Gaspard-Huit, 1961), "Fantômas se déchaîne" (André Hunebelle, 1965), "Fantômas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966), "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967).

Eric Wasberg (ou Vasberg) : "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "Fantômas se déchaîne" (André Hunebelle, 1965), "La Zizanie" (Claude Zidi, 1978).

Lionel Vitrant : "Une souris chez les hommes" (Jacques Poitrenaud, 1964), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "La Zizanie" (Claude Zidi, 1978).

Michel Berreur : "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967), "L'homme orchestre" (Serge Korber, 1970), "La Folie des grandeurs" (Gérard Oury, 1971), "Les Aventures de Rabbi Jacob" (Gérard Oury, 1973).

Yvan Chiffre : "Le Capitaine fracasse" (Pierre Gaspard-Huit, 1961), "Une souris chez les hommes" (Jacques Poitrenaud, 1964), "Fantômas" (André Hunebelle, 1964), "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "Fantômas se déchaîne" (André Hunebelle, 1965), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "Fantômas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966).

Jean Minisini : "La Putain respectueuse" (Charles Brabant & Marcel Pagliero, 1952), "Fantômas" (André Hunebelle, 1964), "Le Corniaud" (Gérard Oury, 1964), "Le Gendarme à New-York" (Jean Girault, 1965), "La Grande vadrouille" (Gérard Oury, 1966), "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967).

Rico Lopez : "Fantômas contre Scotland-Yard" (André Hunebelle, 1966).

Jacques Van Dooren : "Les Grandes vacances", (Jean Girault, 1967).

 

Yvan CHIFFRE, Jean MARAIS, Jean MINISINI et Christian TOMA
dans "Fantômas" d'André Hunebelle (1964), au cours d'une bagarre réglée par Claude CARLIEZ
.

 

Haut de Page / Retour au Sommaire des Interviews / Retour au Sommaire principal

Derninère modification le 4 mars 2015.