Michel MODO

(30 mars 1937 - 25 septembre 2008)

 

azertyAvec Michel Galabru et son complice Grosso, il était probablement l'acteur qui a le plus travaillé avec Louis de Funès. Bon comédien, scénariste, auteur, il interprête Berlicot dans la série des "Gendarmes" en compagnie de son compère Guy Grosso, mais aussi le travailleur Schluviak dans "La Belle Américaine", un douanier dans "Le Corniaud", le soldat allemand loucheur dans "La Grande Vadrouille" et le serveur d'Arpagon dans "L'Avare". Dans "Le Grand Restaurant", il démontre tout son talent en jouant génialement le petit Roger, personnage détestable, rapporteur, lèche-bottes et petit protégé du grand patron Septime. Au théâtre, il travaille pendant un an-et-demi au Théâtre des Variétés dans "La Grosse Valse" de Robert Dhéry où le personnage de Louis de Funès, portant l'uniforme, annonce celui de Cruchot.

azertyEn 1962, il apparait également aux côtés de Jean-Claude Brialy dans "Carambolages", long-métrage qui offre à Louis de Funès un beau second-rôle peu de temps avant son explosion au box-office. De plus, Michel Modo est le gagman de Gérard Oury pour "Le Corniaud" et "La Grande Vadrouille". Enfin, en 1968, il signe avec Robert Dhéry et Pierre Tchernia les dialogues du "Petit Baigneur". Michel Modo, né à Carpentras en mars 1937, nous a quittés le 25 septembre 2008. Il convient de lui rendre un hommage.

 

Grosso et Modo lors de séances photos en 1961

 

azggqqgeLes cinéphiles se souviendront également de lui pour son interprêtation du soldat allemand dans "On a retrouvé la 7ème compagnie" et son légendaire "Groupir" ou pour son rôle de facteur dans "La Gloire de mon père" et "Le Château de ma mère" d'Yves Robert. Michel Modo a également tourné avec - outre Gérard Oury, Jean Girault Yves Robert - des réalisateurs de talent tels René Clair, Claude Pinoteau, Michel Audiard ou encore Jacques Poitrenaud.

azggqgA la fin des années 1950, il forme avec son complice Grosso un duo comique qui se produit dans plusieurs cabarets parisiens et s'impose dans les émissions TV de Jean-Cristophe Averty, où ils jouent leurs propres sketches. Un DVD sur cette période est disponible dans la collection "Les Grands duos comiques" des éditions LMLR.

azggqgeEn 1975, le duo sort un 45T avec pour titre principal le tango franchouillard "Passe moi le beurre", prouvant que ces comédiens savent ne pas se prendre au sérieux.

 

Le DVD des sketches de Grosso & Modo (coll. Amazon), ainsi que le 45T de Grosso et Modo sorti en 1975 avec le titre "Passe-moi le beurre" (coll. privée).

 

azaertyOutre le cinéma et le théâtre, Michel Modo a aussi joué des rôles secondaires à la télévision - en particulier dans des séries populaires - et s'était spécialisé dans la voxographie. Entre 1993 et 1997, il double un personnage secondaire récurrent de la série télévisée "Highlander". De 1989 à 2007, soit pour la quasi-intégralité de la série, il double plusieurs personnages secondaires dans la version française des " Simpson", tels Montgomery Burns, Krusty le Clown, le chef de la police Clancy Wiggum, le principal Skinner ou encore le docteur Hibbert....

 

Témoignage de Michel Modo à propos de Louis de Funès (2003)

 

Témoignage de M. Michel Modo transmis à Franck et Jérôme le 27 octobre 2007

azertyJ'ai croisé Louis de Funès une première fois en 1961 sur le tournage de "La Belle Américaine" de Robert Dhéry, qui était un de mes premiers films et où je jouais un travailleur de l'est. Mais c'est à l'occasion de "La Grosse Valse", que je l'ai vraiment connu. j'interprétais un douanier avec Guy Grosso, que j'avais rencontré au cours Simon et avec qui j'avais formé un duo. Aujourd'hui, je regrette que "La Grosse Valse" n'ait pas été filmée ; ce fut un merveilleux spectacle où nous improvisions sans cesse.

 

En compagnie du douanier Pépito et du chef douanier Roussel dans "La Grosse Valse" de Robert Dhéry, au Théâtre des Variétés à la fin de l'année 1962

 

azertyQuelques années plus tard, Louis de Funès nous imposa - Grosso et moi-même - pour rejoindre la brigade du "Gendarme de Saint-Tropez". L'ambiance était excellente, ponctuée de fours-rires comme pour cette scène où Louis de Funès n'arrivait pas désigner un volontaire pour se mettre tout nu parmi les nudistes. Nous nous sommes ensuite rendus à New-York pour le second volet de la série et avons par la même occasion tourné sur le France. Je me rappelle que Louis de Funès était ravi sur ce paquebot.

azertyGrosso et moi étions les gagmen de Gérard Oury. Nous avons donc travaillé sur "Le Corniaud", et "La Grande Vadrouille". A Menthon, nous avons joué une scène, ce qui n'était initialement pas prévu. Jeanne de Funès devait rentrer à Paris pour des affaires personnelles et m'appela pour que l'on devienne les babysiters de Louis. C'est donc elle qui nous décrocha un contrat auprès de Gérard Oury.

azertyLe tournage du "Grand Restaurant" reste un très bon souvenir. Toute l'équipe des Branquignols était réunie : Caccia, Robert Dhéry, Colette Brosset, Pierre Tornade... Il y avait même Noël Roquevert. Il s'agissait vraiment d'un tournage de famille. Louis de Funès aimait et avait besoin d'être avec SA famille de cinéma [ndlr : le reste de la distribution du "Grand Restaurant" le prouve : Maurice Risch, Jean Droze, Paul Presboit, Guy Grosso, Jacques Dynam, Pierre Roussel etc...] Ce fut un peu le même cas pour "L'Avare" avec Michel Galabru, Max Montavon, Grosso et moi-même.

 

Le petit Roger dans Le Grand Restaurant... "En gothique !"

 

azertyEn 1978, j'ai retrouvé Louis de Funès dans "Le Gendarme et les Extra-terrestres". Je l'ai senti fatigué, son punch n'avait non pas disparu mais ralenti. Pourtant, il inventait toujours sans cesse et était resté le même entre les prises. Il en fut de même pour "Le Gendarme et les gendarmettes", le dernier film de la série. Je n'avais pas d'autres projets avec lui et ne l'ai jamais revu.

azerty Avec le recul, je peux dire que les relations que j'ai eues avec Louis De Funès pendant 20 ans ont été fabuleuses. Il fait partie des trois personnes qui ont marqué ma vie professionnelle, avec Francis Blanche et Henri Salvador.

 

Cruchot avait un rapport très direct et brutal avec ses hommes (ci-dessus)... "J'avais un moucheron dans l'oeil..." dans "Le Gendarme et les gendarmettes", dernier film de Louis de Funès.

 

Guy Grosso et Michel Modo, non loin de Louis de Funès, au sein de la troupe de "La Grosse Valse"

 

DES PHOTOS DU DUO GROSSO ET MODO, EXTRAITES DE LEURS SKETCHES

 

Dans une interview de 2003 retraçant l'ensemble de sa carrière, Michel Modo déclara qu'il avait écrit avec son complice Guy Grosso plus de 800 scketches, notamment pour les émissions de Jean-Christophe Averty et Philippe Bouvard.

 

A

A

A

A

A

 

Page créée le 28 octobre 2007, dernière modification le 26 octobre 2012

Haut de Page / Retour au Sommaire des Interviews / Retour au Sommaire Principal